Violences médicales

Ce fichier est là à titre indicatif et ne remplace en aucun cas les conseils de professionnels de la santé et une consultation médicale.

Sommaire :

  • INTRO
  • Décalotter ou pas ? (et sécrétions des organes sexuels du bébé)
  • Suppositoire or not suppositoire ? (et actes sur la région annale de bébé)
  • Vaccins

Introduction:

Les questions d’ordre médical et de santé reviennent régulièrement sur ce groupe. Nous avons donc crée ce fichier de référence qui vous aidera à connaitre la vision du groupe sur ces sujets. La question des soins est particulière car ce ne sont pas des « VEO »: il n’y a rien d’éducatif dans un soin médical. C’est un fait, de nombreux gestes médicaux sont intrusifs, désagréables, parfois carrément violents. On aurait ainsi tendance à vouloir les classer dans les « douces violences ». Il y a beaucoup d’affects en jeu quand on touche à la santé de nos enfants. On est dans une responsabilité très forte et chacun.e fait à partir de ses propres connaissances et confiances et chaque positionnement est à respecter pour cela. Il est intéressant cependant de s’interroger sur le bien fondé de ces pratiques et d’en chercher des alternatives quand c’est possible.
On essaye dans ce fichier de traiter certains types de soins ou d’actes médicaux par thèmes, en se demandant comment on peut pratiquer (ou éviter dans certains cas) ces actes dans un souci de bienveillance maximale envers l’enfant, en prenant en compte les priorités de santé. Des liens vers des articles sérieux vous seront parfois proposés au fil des thèmes.

Décalotter ou pas ?

Article spécifique : Faut-il décalotter bébé ?

“Pour certains parents, le décalottage serait nécessaire à une bonne hygiène du prépuce. Pour certains professionnels, le décalottage permettrait d’éviter les pathologies du prépuce (phimosis, balanite…). Ces idées perdurent alors qu’elles sont totalement contredites par les études scientifiques.
Un peu de physiologie et quelques chiffres:
A la naissance et chez les nouveau-nés de moins d’un an, la face interne du prépuce adhère au gland (on parle d’adhérences préputiales) et l’ouverture au bout du prépuce est étroite rendant le décalottage impossible. Cette impossibilité de décalotter concerne 96 % des nouveau-nés de moins de 1 an. On parle alors d’un phimosis physiologique qui, au contraire du phimosis pathologique, est tout à fait normal.
Grâce aux manipulations de l’enfant et aux érections spontanées, ces adhérences vont progressivement se libérer et le bout du prépuce s’élargira permettant le décalottage. Même si cela est variable selon les enfants, généralement le prépuce peut être complètement décalotté vers 3, 4 ans chez la majorité des enfants. A l’adolescence, seuls 1 à 3 % des adolescents ne pourront toujours pas décalotter leur pénis*.
Le conseil est donc de laisser faire : les « problèmes » de décalottage se régleront naturellement dans la quasi-totalité des cas.”
SOURCE: http://www.sparadrap.org/Parents/Co…L’association Sparadrap est composée de parents et de professionnels de la santé, présidé par Dr Catherine Devoldère, pédiatre responsable de l’Unité d’hématologie immunologie, oncologie et rhumatologie pédiatriques du CHU d’Amiens.
Mini-cours en vidéo par sage-femme sur le pénis du bébé et le décalottage : http://www.magicmaman.com/,video-le…
– TOUCHE PAS À MON ZIZI ! Décalottage : un geste à éviter http://www.grandirautrement.com/fr/…

Sécrétions émanant des organes sexuels du bébé (essentiellement chez le garçon)

Dépôt blanchâtre autour du sexe? C’est le smegma (phénomène physiologique pas toujours très connu qui peut être confondu à tort avec une infection). Voir lien ci-dessous pour en apprendre plus et en parler avec votre médecin si vous le souhaitez (article validé par des Dr) : A lire : http://www.droitaucorps.com/decalot… extrait: “En conclusion, sur une verge d’enfant, il ne faut rien faire, rien. Quel que soit l’âge. Propos recueillis par le Dr Daniel DELANOË “

Conclusion: En plus de faire souffrir l’enfant inutilement, on peut créer des soucis de lésions du prépuce et on peut le traumatiser (physiologiquement et psychologiquement). La nature est bien faite, laissez-la faire: inutile de décalotter.

NB: Le sujet du décalottage traité ici concerne les bébés en bonne santé. En cas de pathologie (infection, rougeurs/couleurs anormales, œdème, etc) ou de doute, consulter un médecin.

Suppositoire or not suppositoire ? (et actes sur région annale de bébé (T°) )

Nous souhaitons revenir sur la question des suppositoires, et plus largement des traitements médicaux invasifs à « violents ». Comme précisé en intro de ce fichier, ce ne sont pas des « veo » car il n’y a rien d’éducatif dans le suppositoire ou la prise de température de toute façon. Cela reste néanmoins un acte intrusif et nous pensons que c’est surtout ça dont il faut prendre conscience si on n’y avait jamais pensé.

Ce qu’il convient selon nous, c’est de garder ce type de médicament qu’en cas de besoin important, en cas d’urgence, si aucune autres alternatives plus respectueuses ne sont possibles.

Paroles de médecins / pédiatres :
– Dans le cadre de conseils en cas de fièvre du nourrisson/bébé: “Le médicament le plus fréquemment utilisé est le paracétamol (Efferalgan®, Doliprane®). Chez le nourrisson, sa présentation en suspension buvable permet de donner à chaque prise la dose adaptée au poids actuel de l’enfant (cuillère doseuse graduée ou pipette). Éviter si possible les suppositoires dont le rejet est fréquent et l’absorption inconstante.“ Source: http://www.medecins-a-domicile-94.fr/…
– Recommandations données dans le cadre d’une constipation du nourrisson/bébé (extrait des mesures “générales” à mettre en place) : l’arrêt de toute manœuvre locale intempestive telle que l’introduction répétée d’un thermomètre (source de douleur, de fissure ou d’ulcération du canal anal) ou l’utilisation de suppositoire comme mode d’administration de médicaments “ Source: http://www.pediatre-online.fr/alime…
Conclusion : Il est évident qu’en tant que parent d’un enfant malade, on souhaite faire au mieux ; et on a tou.te.s conscience que les parents qui mettent des suppositoires le font pour soigner leur enfant. Il n’empêche qu’il est intéressant de s’interroger sur le bien fondé de ces pratiques. Et d’en chercher des alternatives quand c’est possible. Il y a beaucoup d’affects en jeu quand on touche à la santé de nos enfants. On est dans une responsabilité très forte et chacun.e fait à partir de ses propres connaissances et confiances ; et chaque positionnement est à respecter pour cela. Bien sur, pour un enfant qui préfèrera le suppositoire à la forme oral, nous serons tenus de suivre son choix.

Vaccins

en cours de construction. suggestion de textes et de liens sérieux, scientifiques et objectifs, qu’ils soient “pour ou contre ou entre les 2” sont les bienvenus.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s