Le portage

Un peu d’histoire :

Depuis toujours, l’humain porte son enfant à l’aide d’outils. À partir de 1733 -invention de la poussette par William Kent- le portage est petit à petit remplacé par celle-ci dans les pays occidentaux. Mais il existait bel et bien avant ; et surtout il est resté nécessaire dans le reste du monde (pour des raisons avant tout pratique).

Ainsi, on porte partout, depuis toujours et de plein de façons différentes. Le portage des bébés n’est pas un phénomène de mode « bobo », c’est une pratique nécessaire à l’humanité.

D’un point de vue biologique :

On peut « classer » les bébés animaux dans différentes catégories. Principalement :

  • Les Nidicoles : ils sont généralement incapables de se déplacer et de se nourrir seuls, ils restent au nid (pigeonneaux, chatons…).

  • Les nidifuges : ils sont capables de se déplacer et de se nourrir dès la naissance, ils suivent leur parent (poulains, poussins…)

  • Les portés (actifs ou passifs) : ils sont incapables de se déplacer et se nourrir seuls et ne sont pas en mesure de rester seuls dans un nid en silence. Ils doivent rester en contact avec leur parent pour survivre. Les portés passifs sont dans une poche (kangourous, koalas). Les portés actifs s’agrippent (singes, humains).

Le petit humain est donc un bébé porté actif, et si nous n’avons plus de poils pour qu’il s’agrippe, le grasping reste bien présent chez le bébé (réflexe d’agrippement/de préhension : bébé serre votre doigt avec sa main). En revanche, la taille du cerveau du petit humain fait qu’il naît « prématuré » contrairement aux autres portés actif. Il a donc besoin d’aide.

Porter bébé est donc naturel et ne lui donnera pas de « mauvaise habitude ».

Pourquoi porter ?

En premier lieu, nous portons pour déplacer bébé, qui n’est pas encore autonome ; mais aussi pour rassurer, câliner, promener, endormir, faire découvrir, garder en sécurité… Tous les bébés du monde ont besoin d’être portés – et ils le sont tous. En effet, le portage a bras est la base du portage, l’outil utilisé ensuite (porte bébé, écharpe…) ne vient que simplifier ce portage et le rendre plus pratique.

Parmi les raisons qui poussent à utiliser un moyen de portage il y a :

  • L’aspect pratique : s’occuper des autres enfants, avoir les mains libres, travailler, allaiter, passer le relais…

  • La connaissance des bienfaits du portage (dont je parlerai ensuite).

  • La mode : parce que le portage est devenu un petit phénomène avec des collections, des pièce haut de gamme, différents styles… et que cet aspect peut attirer.

Les bienfaits du portage :

  • La sécurité affective : le portage, qui permet une transition douce entre les sensation in-utéro et l’extérieur, permet à l’enfant de se sentir en sécurité. Il reconnaît l’environnement (balancement, voix, odeurs…) et se sent contenu. Même plus grand, un enfant se sent en sécurité porté par un adulte en qui il a confiance.

  • L’attachement : d’après Winnicott, pour se détacher, l’être humain a besoin d’un attachement sécure. Le portage apporte en partie cet attachement sécure et permet un détachement serein à mesure que l’enfant gagne en autonomie.
  • Le développement psychomoteur : en permettant à l’enfant de relâcher sa posture, le portage s’inscrit dans la ligne de la motricité libre, tout en laissant la possibilité à l’enfant de participer s’il le souhaite et selon ses compétences déjà acquises. Celui lui permet également de muscler en douceur la nuque.

  • La prévention de la plagiocéphalie : depuis que la position couché sur le dos est devenue une norme (voire un dogme), de plus en plus d’enfants souffrent de plagiocéphalie (tête qui s’aplatit). Cette pathologie, trop souvent prise à la légère, peut poser de réels problèmes à l’enfant. Je vous renvois au site : http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/ . Grâce au portage, l’enfant n’a pas la tête à plat 24h/24.

  • L’implication des autres membres de la famille : toute personne proche de l’enfant et qui s’en sent capable peut porter bébé. En revanche il faut accepter que l’enfant ait parfois besoin d’un temps d’adaptation pour accepter d’être porté par un autre que ses parents (odeur/voix/rythme différents…)

  • L’allaitement : quand le bébé est porté par la maman et que celle-ci allaite, le portage permet à l’enfant de pouvoir téter dès qu’il en a besoin. La proximité entre la mère en l’enfant permet la libération d’ocytocine, hormone nécessaire à l’allaitement.

  • Le maintien de la température de bébé : la poitrine de la maman est une zone capable de varier légèrement en température afin de réchauffer ou rafraîchir bébé. La condition étant qu’il n’y ait pas de vêtement entre bébé et la maman à ce niveau là.

  • Le développement du système immunitaire : comme pour la température, si le bébé entre en contact direct avec le haut de la poitrine, il bénéficie de la flore de sa maman et cela renforce son immunité.

  • La régulation générale : respiration, rythme cardiaque, l’enfant a la possibilité de se caler sur le rythme de sa mère.

On retrouve tous ces avantages dans la pratique du peau à peau.

Les règles de sécurité :

Pour tout portage, il est primordial de respecter les règles de sécurité liées au portage.

  • Utiliser un porte bébé de qualité, en bon état, lavé avant la première utilisation.

  • Être en forme pour porter (ne pas avoir bu, pris de médicament…).

  • Rester vigilant à l’enfant et à soi. Faire attention aux mouvements (se baisser/relever/tourner…), aux escaliers, poutres… au changement du centre de gravité.

  • Ne pas dormir.

  • Veiller à ce que les voies respiratoires soient dégagées. Ne pas couvrir la tête de bébé avec un pan de tissu ou tout autre chose.

  • Veiller à l’hydratation de l’enfant (eau ou tétée).

  • S’adapter à la température : l’enfant ne doit pas être trop couvert. S’il fait froid, privilégier de couvrir le porteur et le porté dans un même vêtement (veste de portage ou poncho…) sans couvrir la tête de l’enfant. Penser à la casquette, bonnet, chaussettes, crème solaire…

  • Privilégier une position physiologique, verticale (surtout pour les déplacements), la tête dans l’axe de la colonne vertébrale. Éviter la position hamac. Remettre l’enfant à la verticale après une éventuelle tétée.

  • Privilégier des matières de vêtements naturelles que l’enfant ne pourra pas arracher/inhaler/avaler. Éviter le parfum.

  • Ne pas installer le bébé en porte bébé pour la voiture, le vélo, le roller, le footing…

  • Pour une écharpe tricotée (extensible) il est obligatoire de passer au moins deux couches de tissu sur le bébé.

  • Quand c’est possible, faire un atelier de portage avec un moniteur certifié.

Pour aller plus loin : http://www.portersonenfant.fr/le-portage/physiologie-et-securite/

porter-un-enfant-en-toute-securite.jpg

Le respect de la physiologie du porté et du porteur :

  • Un porte bébé physiologique doit s’adapter au bébé (et non l’inverse) selon ses stades de développement psychomoteur, et notamment la cyphose du bébé. Ainsi, le bébé doit être « enroulé assis », les genoux plus hauts que les fesses.

  • Le portage face au monde n’est pas physiologique et empêche l’enfant de se blottir contre son parent s’il en ressent le besoin.

  • Bébé est porté assez haut, que ce soit en ventral ou dorsal, afin de respecter la répartition du poids pour le porteur et d’optimiser le serrage et le confort du porté.

  • Bébé est maintenu par le tissu sans avoir à faire d’effort musculaire pour être porté , le tissu est bien étendu sur le dos.

portage_differentespositions01

Illustration : Lou Pine https://lalouverie.wordpress.com/category/portage/

 

Comment porter ?

Il y a plusieurs aspects à prendre en compte : âge de l’enfant, reflux éventuel, utilisation souhaitée, physiologie du porteur, budget… Il n’existe pas de moyen de portage parfait qui s’adapterait à tous en toutes conditions.

On peut porter sur le dos, le ventre ou la hanche.

Les techniques de portages, les nouages, ne peuvent pas s’expliquer à l’écrit. Un atelier de portage reste l’idéal pour apprendre à porter.

Avec quels moyens de portage ?

Le sling : C’est une bande de tissu avec deux anneaux qui permet un portage dès la naissance, en appui sur une épaule. L’installation est rapide et sans nœud mais le poids est réparti de façon asymétrique ce qui peut, en fonction du porteur ou du poids du bébé, devenir inconfortable.

L’écharpe tissée : C’est une bande de tissu utilisable dès la naissance. Il est nécessaire de connaître des nouages pour s’en servir. L’écharpe s’adapte parfaitement à la physiologie de l’enfant et est très polyvalente. Dans la majorité des cas, une couche de tissu sur le bébé suffit.

L’écharpe tricotée : Comme l’écharpe tissée, elle est utilisable dès la naissance et est polyvalente et très physiologique. En revanche, elle est extensible, il est donc nécessaire de passer au moins deux couches de tissu sur le bébé. Son côté extensible provoque un effet « rebond » qui peut devenir inconfortable quand l’enfant devient plus lourds. Elle tient chaud en hiver… mais aussi en été.

Le Mei-Tai : C’est un porte bébé d’origine asiatique composé d’un tablier et deux de fine bandes de tissu (une à nouer à la taille, une qui sert à nouer le mei tai). Ce type de porte-bébé est utilisable à partir de 6 mois environ.

Le préformé : Le préformé est composé d’un tablier et d’une ceinture pour la taille ainsi que de bretelles type « sac à dos ». L’assise est « pré formée », il est dont utilisable quand l’enfant a un écartement du bassin assez grand et un dos déjà droit (il sait s’asseoir).

Les autres : moins connus, il existe d’autres moyens de portage comme le pagne, le rebozo, l’onbuhimo, le podeagi, les aides au portage dans l’eau (sukkiri)… Je ne les détaille pas mais vous les trouverez facilement sur internet.

Pour aller plus loin : http://www.portersonenfant.fr/les-porte-bebes/lecharpe-porte-bebe/les-differents-types-decharpes/

La philosophie du portage.

Au delà des aspects techniques du portage (nœuds, physiologie, règles de sécurité…) il me semble important de garder en tête que le portage, c’est avant tout du plaisir. Un échange entre porteur et porté. Une façon d’être connecté à son enfant et de l’accompagner. Ce n’est pas une obligation et il ne faut pas s’y forcer. De même, un parent qui choisit de porter de façon non-physiologique n’est pas à blâmer : il porte son bébé, c’est déjà positif. Il faut rester à l’écoute de chacun, porteur et porté. On a le droit de stopper un portage car on a mal à l’épaule, droit de rater son nœud et de le refaire une fois bébé plus calme, droit de prendre la poussette si on en a envie… et bébé a le droit de ne pas vouloir être porté non plus, ou de préférer tel ou tel moyen de portage. Il n’y a pas d’idéal à atteindre. Le portage est une danse ou chaque binôme est différent et avance à son rythme. En cas de difficultés, n’hésitez pas à vous tourner vers une personne compétente en matière de portage pour vous conseiller, n’hésitez pas à prendre d’autres avis… bref, le portage ne doit pas être une corvée.

Isabelle

Témoignages :

Marion et B (sling) :

« A la base mal informée par des professionnels qui m’ont interdit le portage avant les 3 mois de ma fille (j’ai oublié la raison mais je crois me rappeler que c’était pour ne pas que je force … sauf que je l’avais à bras toute la journée. …bref), le manque de connaissance sur les différents moyens de portage (j’avais juste une écharpe Amazonas très longue…) et aucune compétence pour faire le moindre nœud……… ajoutez à cela un bébé pas très enclin à se faire ensaucissonner par une maman malhabile. …. dur dur dur ….. malgré quelques cours pas très très bien donnés il faut avouer ….. ça ne donnait vraiment rien de concluant….. pourtant je ne voulais pas lâcher l’affaire !!! J’ai ensuite déménagé, et en arrivant dans mon nouveau lieu je me suis inscrite sur un groupe de maman porteuse du 44 ; et là j’ai appris plein de choses et je suis même devenue accro aux écharpes et autres sling et préformés ….. ma fille avait presque 6 mois mais j’ai réussi peu à peu à lui donner goût au portage. Elle n’a jamais adoré être portée des heures entières et l’installation a toujours assez chaotique …. mais j’ai de très très bons souvenirs de voyage ou de sorties avec elle, en sling la plupart du temps , pour qu’elle puisse se dégourdir les pattes en deux temps trois mouvements 😉. J’attends maintenant les beaux jours et ses 3 ans avec impatience , pour tester mon beau rose and rébellion tête de mort 😍

DSC_1658

Claire et A (écharpe tissée) :


« Le portage est très important pour moi, il permet de crée du lien avec le bébé, sentir contre soit son petit bout qui a quelques heures, jours , mois ou même année ça n’a pas de prix. C’est réconfortant pour lui, ça apaise, ça calme les coliques, ça aide à l’endormissement, ça n’a que du bon. Nous on est des des adeptes depuis maintenant 32 mois, on est passé par plusieurs écharpe stretch, coton, soutenante et moins soutenante jusqu’à trouver la bonne et les préformés aussi. On n’a pas envie d’arrêter. »

projet telp.jpg

Glawdys et A (préformé) :

« Avant, je pensais que le portage était réservé aux hippies. Des gens un peu perchés, dans un autre monde. Et puis, je suis devenue une maman. Mais il n’y a pas eu l’étincelle à laquelle je m’attendais et que j’avais pu lire ou entendre. La cause ? Un bébé en souffrance. Un bébé avec un reflux. Je savais que le portage nous sauverait. Et il l’a fait. Enfin, pas aussi facilement. Il a fallu en tester de nombreux (merci les prêts par les associations) (j’ai pu garder mes deux reins), participer à un cours de portage, persévérer encore et toujours. Et enfin, le bonheur. Se faire tirer les cheveux, recevoir un massage énergique (mais gratuit), avoir le dos qui gratte par des miettes de gâteaux, mais aussi sentir sa petite main qui me palpe (c’est ça, l’amour ?), sentir sa tête s’alourdir et son souffle chaud dans mon cou, entretenir une longue discussion et récolter un torticolis, sentir son cœur battre (et le mien défaillir de plaisir). Voilà ce que m’a apporté le portage. De la tolérance (finalement les hippies sont cools), des rencontres, du plaisir partagé et surtout beaucoup d’amour (et de l’argent en moins, il faut le dire). Il grandit et ne réclame plus. Alors, je garde dans un coin de mon cœur ces courts moments de bonheur.« 

DSC_1974.jpg

Ludivine et M (Mei Tai) :

« Durant ma grossesse, je n’avais pas du tout pensé à acheter un moyen de portage. Mais dès la maternité, ça m’a paru évident qu’il nous fallait une écharpe de portage ! En effet, petit bébé avait de gros besoins en câlin. De plus, elle avait une dysplasie des hanches donc le portage a été bénéfique à sa guérison. Porter ma fille m’a aussi permis de vaquer à mes occupations tout en la gardant contre moi, ainsi maman et bébé était comblées ! Ma fille ayant grandit, j’emmène toujours un moyen de portage lors de nos balades, en cas de fatigue. Il arrive aussi que ma fille aille chercher le sling car elle veut un câlin.« 
12

Christophe et G :

« J’ai débuté le portage en écharpe quelques jours après la naissance de Gaspard. Ce fut à chaque fois et sans exception, un moment d’importante émotion, de tendresse, de protection, d’écoute. D’amour. Un besoin vital d’avoir mon enfant contre moi, de le sentir me faire confiance, endormi contre mon coeur, ou d’ apprendre à nous faire confiance, en pleurs (tous les deux). Le portage a été ma grossesse. Je l’ai senti grandir contre mon ventre, jours après jours lorsque la nature nous appelait, nuits après nuits lorsqu’une jeune maman avait besoin de dormir. En 20 mois, sur le ventre, sur le dos, sur la hanche, sur les épaules, ou tout simplement dans les bras, le portage nous a apporté une éternelle complicité.
Je suis heureux de porter mon enfant, je suis fier qu’on m’appelle madame en rue, je suis comblé d’être devenu une figure d’attachement pour mon enfant. Je suis un Papa Kangourou. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Une réflexion sur “Le portage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s